Full text: 4(1922), février = Nr. 25 (25)

58 
PAUL FIÉRENS 
finit par se rompre. D'autres poids font aujourd'hui pencher la balance 
esthétique en sens contraire. 
Trop longtemps réduite à la fonction secondaire de pourvoyeuse 
d'images, l'imagination a reconquis ses droits de faculté constructive. 
La raison la contrôle. Mais être vraiment raisonnable c'est aussi savoir 
jusqu'où on peut ne l'être plus. La hiérarchie provisoire des facultés 
créatrices permettrait de diagnostiquer — pour ceux que le mot fascine 
— un retour au classicisme, ou plus exactement la naissance d'un 
ordre neuf. Quelle sera la situation du sentiment dans cet ordre, 
c'est ce qu'on ne perçoit pas encore très bien. 
La diète prescrite par la Faculté se prolonge. Cela ressemble à 
une grève de la faim. L'horreur salutaire du sentimentalisme engendre 
la crainte moins heureuse du sentiment. Aux motifs simplement tirés des 
alternances chronologiques, on en pourrait ajouter de plus légitimes, 
déduits de la configuration du monde qui nous entoure — Puisque le 
rendez-vous d'amour se donne par téléphone; et que la nacelle roman 
tique, devenue fiacre de Madame Bovary, est aujourd'hui taximètre 
où l'on épargne le temps, puisqu'un mouvement accéléré se communique 
à la pensée même, contrariant le développement d’une vie intérieure 
profonde, faut-il s'étonner que la vision devienne plus aiguë, l'imagina 
tion plus entreprenante, et que d'autre part l'émotion sentimentale 
décroisse en intensité ? Ce que l’intuition du poète fit pressentir, la réfle 
xion d'un théoricien vint le confirmer : le sentiment n’a plus guère de 
place dans les préoccupations de l’art contemporain. 
A l'émotion humaine, le peintre substitue une ivresse purement 
plastique, liée au balancement des tons et des formes ; il signifie plus 
qu'il ne touche. Le musicien dépouille la matière sonore des éclats 
chatoyants, des agréments qui nuisent à la pureté des lignes architec 
turales. Et le poète à son tour “construit" un bibelot solide en évitant 
les profils estompés. 
' Il serait bien extraordinaire que l'œuvre naquît d'autre chose que 
d’un choc émotif, mais le jeu du poète consiste à le cacher, à représen 
ter comme objectivement ce qui se passe dans son esprit et son cœur. 
Il récrée ainsi une sorte d’émotion généralisée, standarisée, que l'au 
diteur fera plus ou moins sienne selon la qualité de |ses souvenirs ou 
ses facultés d'adaptation. Maître de son œuvre par la raison -— sinon
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.