Full text: 4(1922), février = Nr. 25 (25)

CRITIQUE GÉNÉRALE 
59 
par le caprice — l'artiste refuse le concours du souffle qui gonflait libre 
ment les anciennes voilures. C'est l'âge du monocoque et de la torpédo. 
Il n'y a pas plus à se féliciter qu'à se plaindre; on constate. Un 
baromètre ne fait pas le beau temps. Il y a encore à prédire que la 
vérité d'aujourd'hui sera mensonge demain. Les oscillations de la sur 
face ne se communiquent pas au fond et la vie ne peut modifier que ses 
aspects. L'essence est immuable. En toutpoèmeil y a d'ailleurs un point 
d'inexpliqué : c'est l'homme avec ses facultés multiples. 
Prévoyons donc un retour au sentiment comme le soubresaut pro 
chain de l’évolution artistique. Le dépouillement actuel aura sans doute 
l'heureux effet de purifier l’atmosphère. Une fraîcheur nouvelle nous 
enchantera. Entre l’homme et le monde, un équilibre sera retrouvé. Si 
les poètes de l'Abbaye ont tenté l’aventure de retrouver un art exclu 
sivement humain leur erreur fut parfois de ne réaliser qu'un art 
humanitaire. C’est bien loin du sentimentalisme que nous retrouverons 
le sentiment. 
Mais comprendre son temps est aussi difficile que se comprendre. 
Paul FIERENS. 
LE PONT TRAVERSÉ, par Jean PAULHAN (Camille Bloch, éd.) 
C'est bien à l'analyse, plus qu’à toute autre chose, que l'auteur 
prend plaisir. Après les émotions de guerre, dans le « Guerrier 
appliqué », après les images et les induits du langage, dans « Jacob 
Cow », voici les intentions des paroles .— et leur incapacité acciden 
telle —• adroitement disséquées et épluchées, sous le prétexte de trois 
nuits de rêves. La réalité lui apparaissant trop épaisse pour ce jeu 
subtil, Jean Paulhan transpose d'abord — on se doute avec quelle
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.