Full text: 4(1922), février = Nr. 25 (25)

68 
MAURICE RAYNAL 
LES ARTS 
ANDRÉ DERAIN ET LA CRITIQUE ITALIENNE 
M. Carlo Carra, l'artiste peintre italien, publie sur Derain une 
étude à tiroirs (1) qui semble surtout destinée à réduire à rien ou à 
peu de chose les efforts de la peinture française contemporaine et à 
démontrer que le centre de la suprématie artistique a quitté la France 
pour... l'Italie. 
La gageure eût pu être amusante, mais M. Carra croit devoir 
étayer sa démonstration de raisons sérieuses : dès lors les choses 
prennent une tournure inattendue, et ce d'autant que le peintre-écri 
vain ne se refuse pas à employer des termes d'une violence à laquelle 
nous n'étions plus accoutumés. 
M. Carra se demande à quelle tradition réaliste peuvent se rat 
tacher les tendances de la peinture française contemporaine. Pas au 
Poussin, qu'il juge trop italianisant pour que des Français puissent le 
goûter. Pas à Fouquet non plus; Fouquet est paraît-il, trop flamand et 
trop germanique. Quant à Courbet, son réalisme n'est pas authenti 
que; « il a par trop montré son insuffisance à représenter la lumière 
et la couleur ». Enfin Mon et, Toulouse Lautrec, Degas ont ravalé 
l’art aux scènes de cafés-concerts et Signac n’a jamais fait que des 
mosaïques de dragées. Seurat aussi, sans doute. 
Tablant sur cette impuissance de l'art français à accuser des 
références avouables, M. Carra fusille sans pitié l’égyptianisme de 
Gauguin, le sausagisme de Picasso, l’imposture de ce qu'il appelle le 
négrisme, tidiotie dadaïste et “ les quincailleries de Braque, de Metzin 
ger ou de tout autre membre de la confrérie cubiste.” 
Quant à Derain, « ses tableaux ne résistent presque jamais à un 
examen purement esthétique » ; les formes adoptées par lui “ sont à 
mettre au nombre de celles qu'a enfanté le strabisme mental porté 
au pinacle par les soi-disant successeurs de Cézanne ”. Derain comme 
peintre ne “ connaît pas la grâce", etc. Enfin, pour terminer, cette phrase 
définitive : “ Mais voici le dernier coup de hache qui renversera défi 
nitivement cette nouvelle idole : l'archaïsme de Derain ne constitue 
même pas une nouveauté ni une originalité. "
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.