Full text: 4(1922), février = Nr. 25 (25)

70 
R.-M. HERMAOT 
LE ROMAN 
“BATOUALA 
On est un peu surpris, quand on a achevé ce livre, du bruit si 
divers fait à l'entour. Tout d’abord une préface disproportionnée, 
bourrée d'accents pathétiques au début et s’achevant en notice géogra 
phique, semble vouloir remuer ciel et terre pour pas grand'chose. 
Entendons pas grand'chose de ce que contient le roman. Car il y a la 
question noire, et même pan-noire, mais les eaux-fortes de M. M.aran, 
quoi qu’il dise, ne s'en ressentent guère. Ecartée la petite haine correcte 
qu'il ne peut manquer d'avoir à l’encontre des blancs •—• et il serait 
puéril de s'en étonner ou de la lui reprocher — l’auteur, tout compte 
fait, ne nous montre aucune des vilenies coloniales annoncées à. l'exté 
rieur. Il nous fait connaître Batouala bon nègre flemmard et tradition- 
naliste, nous peint une « yangba » qui voudrait bien paraître cauche- 
maresque et féroce, et ne met un commandant éthylique et gueulard 
que comme accessoire très secondaire. Etait-ce bien la peine d’ameuter 
les « frères en esprit, écrivains de France » pour défendre ces notes 
prises et travaillées pendant six ans ? Quiconque s’est un peu intéressé 
à tout, dans le métier de plume, possède dans ses paperasses ce qu’il 
faut de documents pour fabriquer une très honnête Batouala, si ce 
n’est deux. Il a fallu le geste politique des Goncourt pour faire décou 
vrir dans ce travail ce que l'auteur, parait-il, a eu l’intention d’y mettre. 
Cette intention négligée, Batouala est un bon petit tableau (...noir)
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.