Full text: 3(1921), décembre = No. 6 (6)

293 
tourmente et que les chats t’ont fait travailler sur des choses 
si mystérieuses que tu te demandes toujours s’il n’y a pas un 
piège infernal dessous?... Et maintenant tu sais que tu ne 
peux plus reculer, et que tout va recommencer comme avant. 
Mais quoi? C’était fatal! Quand on est possédé du démon 
de la connaissance, un peu plus tôt ou un peu plus tard, d’un 
coup ou en détail, allons! ça n’est jamais que du plus ou 
moins! » 
Et sans balancer davantage, elle précisa : 
— La chatte rouge de la mercière de la rue d’Assas a 
deux beaux petits qu’ont déjà six mois... mais les chats rouges 
c’est fragile; on dit qu’ils sont tous poitrinaires. Ah! par 
exemple, c’est le chat de la chatte de l’épicier du coin de la 
rue Notre-Dame-des-Champs qui ferait bien l’affaire à Mon 
sieur! Mais je dois avertir Monsieur, il est bon à chasser, il 
est mignon, mais il n’a pas de race. C’est de la vraie gouttière, 
sûr et certain ; mais bon qu’il n’y a pas meilleur, et intelligent 
que des fois on dirait une personne naturelle. 
Dominique Dalibert se roidit pour que Phrosine ne le vît 
pas trembler. Il contrefit l’extrême lassitude pour ordonner, 
affectant de se boucher les oreilles : 
— Là!... Là!... Bon!... Bon!... prenez la chatte de l’épi 
cier... un chat de gouttière... excellent!... c’est ce qu’il faut... 
payez-le comme une chatte de race. 
— Monsieur n’y pense pas! L’épicier ne sera pas assez 
chien pour faire c’t’affront à des clients comme nous, à une 
personnalité comme Monsieur! 
Dominique Dalibert réussit à jouer un rôle comique. 
— Bonne Phrosine!... Vous voulez dire que je fais bien de 
l’honneur à ce commerçant... eh! sa chatte n’entre pas à l’Ins 
titut!
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.