Full text: 3(1921), décembre = No. 6 (6)

298 
moi son ami de trente ans, moi qui ai eu l’honneur et la joie de 
répondre à son discours de réception? Croyez-moi, chère amie! 
J’ai toujours pensé que le maître de la science contemporaine 
irait un jour si loin à la rencontre de la Connaissance qu’il 
réaliserait ra-tion-nelle-ment ce qu’ont en vain quêté les explo 
rateurs des arcanes, nécromans, mages et thaumaturges. Eh 
bien, l’heure est venue. Sachons attendre. 
C’est deux jours après cette visite, exactement à dix heures 
du matin sonnées à la grande horloge franc-comtoise du salon, 
que Dominique Dalibert, la redingote nette mais ses pantalons 
maculés de poussière aux genoux, ouvrit toute grande la porte 
de sa librairie d’une main souillée à la fois de mou frais et san 
glant et d’une chose gluante et brillante qui lui mettait comme 
des écailles aux doigts. 
Souriant, persuasif et un peu ridicule, le grand homme 
excitait la chatte à le suivre en imitant à la perfection le lan 
gage inarticulé de cet animal. 
— Miaou... meu-aah... meuhaou... menemeuhaou!... 
Lente à désespérer tout autre que Dominique Dalibert, 
depuis si longtmps soumis à la discipline de l’expérience, Pous- 
tikette daignait apparaître et le suivre. La princesse de gout 
tière tenait dans sa gueule rose l’un des derniers (c’était un 
poisson d’argent) des beaux monstres muets de l’aquarium 
dont son maître l’avait régalée, un à un, en commençant par 
les poissons d’or. 
Il entraîna ainsi Poustikette, qui avait achevé d’engloutir 
très proprement sa friandise, sans salir le tapis à sujet, jusqu’au 
boudoir où Mme Dalibert, d’avance excédée, s’apprêtait à 
dicter à Phrosine le menu du jour. 
— Poustikette... ma jolie... venons çà... tout doux. Pous 
tikette, connaissez votre maîtresse...
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.