Full text: 3(1921), décembre = No. 6 (6)

306 
policier, et chassé du Quai des Orfèvres pour trahisons mul 
tiples, inscrivait d’une belle écriture commerciale sur le 
registre de clientèle de son agence « Policia » : « Horace 
Dalibert, catégorie des intellectuels possédés; servir fidèle 
ment jusqu’à plus ample informé; peut, à son insu, fournir 
méthodes d’investigations nouvelles... » 
Si horriblement riche que soit la littérature infâme, cer 
taines turpitudes n’ont été que furtivement décrites; plu 
sieurs vices, moins inquiétants que tant de vices publics, n’ont 
jamais eu leurs fanfarons. Le code de la pudeur est incom 
plet. N’est-il pas indécent plus que tout de faire encore par 
ler Poustikette avec qui le misérable professeur s’entretient 
chaque soir, dans la nuit, sans autre lumière que le double feu 
vert des yeux de Poustikette? 
Plus son langage est articulé plus grande en est l’horreur, 
et la bête ne parle que pour faire apparaître devant son 
maître un Dalibert volé, trahi, bafoué, déshonoré par ceux 
qu’il aime. 
Frédéric Poule dément Poustikette, obstinément; même 
si le client qui veut être tout de bon volé, trahi, bafoué, 
déshonoré, le traite de maladroit, d’escroc et d’imbécile. 
Frédéric Poule hausse les épaules; d’un pouce d’assassin 
gras il roule une cigarette de fin, la colle et dit : 
— Cette personne qui articule les dénonciations, cette 
personne de confiance (il ricane), et, si j’ai bien compris, 
cette jeune personne, éprouvez-la. J’ai l’idée d’un piège... 
Dominique Dalibert qui n’a jamais fumé (pas même tiré 
une bouffée des blondes cigarettes de Dora Dorée, les ciga 
rettes rougies par le fard des belles lèvres; soirées de Saint- 
Pétersbourg!), s’est acheté un paquet de « bleu » et du 
papier Job, et il sème le tapis de l’herbe excitante, avant de
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.