Full text: 3(1921), décembre = No. 6 (6)

307 
se réussir une cigarette; bien moins habile que Frédéric 
Poule. 
Un poisson japonais, emplumé, empenné, paré comme une 
reine de théâtre, happe à travers les parois de l’aquarium le 
feu pâle d’une bougie. C’est l’unique survivant du troupeau 
muet; le brillant souper promis à Poustikette, sans doute. Au 
chat, le poisson-chat! 
Non. Plus de récompenses pour Poustikette. La ruse de 
Frédéric Poule était féconde. Poustikette, docile à l’école des 
sensations, n’a si parfaitement appris les merveilles du langage 
articulé que pour tromper son maître; bref, pour mentir, 
comme un homme. 
Krijanowski, honnête secrétaire!... Amélie, vierge sans 
rêves... chaste dame Dalibert!... 
— Comme un homme! se répète Dalibert en tirant stupi 
dement sur sa cigarette d’aspect ignoble, toujours éteinte, 
crevée. 
De sous la lourde portière, apparaît, rampant, la belle 
Poustikette. Un regard au poisson-chat et Poustikette se coule 
aux pieds du maître. 
Dominique Dalibert, de l’Institut, l’infect mégot éteint collé 
à la lèvre inférieure, avec une grande économie de gestes, 
atteint le tiroir d’un vaste bureau de style, attire à soi le tiroir 
et en extrait le revolver d’ordonnance du sous-lieutenant de 
réserve Dominique Dalibert. 
Poustikette qui ne parle plus, tranquillement le regarde 
faire, assise sur son derrière. 
...Dominique Dalibert s’est écroulé, sans lâcher son mégot. 
— Monsieur Krijanowski!... Monsieur Krijanowski!... 
un si bon... si grand homme!... Faut-il donc publier qu’il s’est
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.