Full text: 3(1921), décembre = No. 6 (6)

— 315 
beau jour, où jaillit l'image directe. Ce qui n'empêche pas le 
même poète d'y ajouter une comparaison : 
L'Ambassadeur britannique revient à pied du Quai d'Orsay. 
Comme l’Angleterre. 
il est limité en bas par des guêtres de craie blanche 
et en haut, 
par un tuyau de cheminée. 
Comparaison pittoresque, mais annonciatrice de métaphores 
qui naissent dans ces expressions : « La matinée.,., déjà s'évase, 
s'écoule... », et dans ces vers si drôles • 
Six Australiens trempent dans un fiacre tiède, 
les jambes dans le vide. 
# 
Si c'est par la métaphore que doit vieillir un poète, hâtons- 
nous de jouir de la jeunesse merveilleuse que nous offre M. 
Léon-Paul Fargue. Ce poète a le don de nouer entre les choses 
des fils si ténus ’qu’il faudrait se garder de vouloir s’approprier ces 
couples découverts par la subtilité de son esprit. 11 en a de 
délicats, comme celui-ci : 
Un insecte lime à son établi ; 
de mélancoliques : 
O jardin de jadis, veilleuse parfumée ; 
de tendres : 
Quand il l’embrasse sur les yeux, là, tout au bord de iïle où 
s allume une lampe, il sent ses paupières battre sous sa bouche comme 
la tète d' un oiseau qu on a pris et qui a peur.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.