Full text: 3(1921), décembre = No. 6 (6)

336 
et n’importe comment. Où le roman cesse d’être la forme 
adéquate, une autre forme commence. Quelle folie vous tient 
donc de vouloir sous-titrer votre œuvre « roman »? Un de 
mes amis avait débuté en poésie par des ballades. Il les 
tournait merveilleusement, je vous l’assure. A son sens, 
l’unité poétique était la ballade, comme, vous savez, le batail 
lon est l’unité de combat et le franc l’unité de monnaie (1). 
La raillerie, l’érotisme, le pamphlet, la fantaisie ne pouvaient 
se ramasser, briller et fleurir qu’en trois couplets et un envoi. 
Poème devint rapidement pour lui ballade. Et un jour, il en 
arriva, sa conception s’élargissant, à faire quatre couplets 
au lieu de trois, à déplacer les rimes, à supprimer ceci, à 
allonger cela, à ajouter quelque chose, bref à chambarder 
tout. Mais toujours, par religion de sa première forme et 
radotage de ses vieilles amours, il appelait cela ballade. Ce 
n’en était cependant plus. C’était même tout à fait autre 
chose, sans qu’il voulût l’admettre. Ainsi faites-vous du 
roman... » 
Le philosophe me quitta. Et il ne fut plus jamais question 
entre nous de roman. Non point que je l’aie convaincu cette 
nuit-là, mais bien parce que je n’ai jamais été qu’un entêté 
bourré du plus maladroit parti pris. A douze ans de là, cette 
conversation re revint en mémoire, au reçu du livre de MM. 
Joncquel et Varlet : Les Titans du Ciel — roman plané- 
taire. Cette fois, les grands rythmes, les ressacs et les mas 
carets, — tout le bric-à-brac philosophard de mon interlocu 
teur nocturne — allaient prendre leur revanche ! Et sur une 
citation de Wells, comme hors-d’œuvre, j’affrontai « l’oppo 
sition » de Mars en l’an 1978, sans trop d’assurance, les 
traductions de Stevenson par M. Théo Varlet (2) — excel 
lentes par ailleurs — me donnant à réfléchir quant à la ma 
nière de ce livre-ci. J’en fus quitte pour ma honte. 
Les Titans du Ciel, « audacieuse prévision du bolchevisme 
explosant à la faveur d’un cataclysme hallucinant » n’a rien 
(1) Du moins était-ce ainsi alors. 
(2) Editions de la Sirène.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.