Full text: 3(1921), décembre = No. 6 (6)

343 — 
« Pour ne plus douter de ta fidélité, que. je sois certain de 
« ton infidélité », dit Bruno, c’est très bien, le doute est en 
effet le sentiment le plus angoissant, le plus exaspérant qui 
existe, mais il semble s’être glissé au deuxième acte une 
légère invraisemblance qui créée un certain malaise dont 
on ne peut s’empêcher, car s’il est très plausible que Bruno 
ait vu ou cru voir dans les yeux de Pétrus lorsqu’il regar 
dait le sein de Stella une lueur qui ait fait naître en lui pour 
la première fois le sentiment de la jalousie, cela n’explique 
pas le soupçon rétrospectif qui lui vient, que Stello l’a trom 
pé, ce qui transpose le cas de Bruno jaloux sur le plan pu 
rement pathologique d’un dérangement mental. Pourquoi 
avoir pris ce prétexte, et n’avoir pas fait tenir à Bruno la 
même conduite extravagante, sous cette logique : que pour 
ne pas douter de sa fidélité, il voulait être de plus en plu^ 
certain de son infidélité? L’étiquette « farce » a aussi trompé 
bien des gens, que ce soit ou non une farce, la pièce est 
profondément tragique, je l’appellerai plus volontiers une 
targédie, bien que je ne lui donne pas la même portée 
qu’aux Amants Puérils. 
Ici, plus que dans le langage des servantes dans les 
Amants Puérils, on trouve un certain patois flamand très 
poétique qui donne une saveur spéciale au style de Crom- 
melynck et qui pourrait seul frôler le procédé, citons en 
quelques phrases : 
« Que tu me l’as donc fait des tristes, mon Stradivarie! 
« core, core des baisies, des baisies longues, longues, des 
« l’aime et des l’adore! 
« O Colombie! trois fois Amérique! la nouve découvrée! 
« Débordé dans le cœur de lui. Tout enchantée, Scarnavège! 
« La dame l’âme dans de l’aurore boréale! Je boire la fraîche 
« avec des lents chalumeaux, par l’infini, et dire merci 
« autant que d’herbes! 
« Brillante elle est demeurée seule. Elle a dormi et ses 
« rêves, c’est tout des oublies. 
« Oh! les baisers qui font trois fois le tour du monde, et 
« les gros dos et les ronrons!
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.