Full text: 3(1921), décembre = No. 6 (6)

289 
tournèrent le bouton de cuivre poli et poussèrent la porte 
brune de la librairie. Phrosine parut, la vieille servante, vraie 
régente d’une maison où la maîtresse, Mme Dominique Dali- 
bert, née Gourdon de la Chevrerie, dédaignait depuis trente 
ans de gouverner, toute à ses dévotions, ses œuvres pies et à la 
lecture des romans de Mme Cottin qu’elle mettait au-dessus 
de tout. L’excellente dame ne gardait plus le souvenir d’au 
cune autre lecture, sinon, mais avec du dépit, de Dominique, 
acquis d’enthousiasme, et pour le titre, durant le voyage en 
Suisse que lui fit faire Dominique Dalibert en suite de leurs 
noces. 
— Qu’est-ce encore, Phrosine? Le cycliste des Débats? 
Répondez que Monsieur ne pourra tenir prêt son feuilleton 
scientifique avant deux heures... Ce n’est pas le cycliste?... 
Ah! je sais... dites à ce jeune homme de la Revue des Deux 
Mondes... Mais, au fait, où donc est mon secrétaire? M. Kri- 
janowsky ne siégerait-il pas en son cabinet? 
Phrosine secoua la tête. 
— Ça n’est rien de tout ça. Monsieur ne sait pas. Mon 
sieur, nous avons des souris. 
— Des souris? D’où viennent-elles? 
— Ah! ça!... D’à-côté, p’t’être bien. L’hôtel du général 
Cravel est fermé depuis la guerre. C’est bas c’t immeub’; le 
grenier est à hauteur de c’t étage. Alors... en tout cas c’est 
vraisemblab’. Mais pour ce qui est d’en avoir, y’en a. 
— Les avez-vous vues, Phrosine? 
— Non, mais j’ai trouvé leurs ordures, des crottes, quoi! 
Et j’ai vu les dégâts. Dans le cabinet de débarras qu’elles 
sont venues ; les sales bêtes se sont mises après une année du 
journal Les Mystères de la Science et, dans l’entrée, Mon
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.