Comme un employé de bureau philosophe 
Habitué sur la place publique 
A voir une bouche rose tendre ses lèvres 
Jusqu’à 
Je m’associe aux putains du catéchisme 
Pour protester dans l’éternelle inquiétude 
De mon père 
Fiche le camp est mon soutien 
Et les sucreries ne sont plus rien dans mon 
estomac 
C’est profond et mélancolique 
De telles choses réveillent la force de la pensée 
En cet endroit moins banal 
Que la campagne suisse 
Avec un monsieur terrifié par ce poème 
Du boniment 
Ma sœur va se mettre à l’air 
Jusqu’au suprême lapin du jour 
Vous n’êtes pas heureuses 
Malgré la splendeur de vos yeux 
Naturellement vous cherchez le soleil carton 
Un homme éclairé par une lanterne 
Les baisers ne se donnent pas avec les lèvres 
Les cheveux calicots café concert 
Ne devraient jamais monter votre escalier 
Escalier des énormes visages déménageurs 
Horribles avant et après déjeuner
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.