Full text: Pensées sans langage

connaissez-vous l’amour 
l’amour c’est moi si vous voulez 
et toutes les femmes ont une ancienne image 
et un nouveau chagrin 
écho de la torture abrité de gravité 
lentement sous la table 
la ficelle du docile amant 
s’assied dans un lit 
côte à côte avec moi 
rien que nous deux 
fait sourire les femmes 
une caresse me ramène la voir 
ses mains battent comme un cœur 
sur l’idole grasse aux yeux luisants
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.