Full text: Pensées sans langage

— 4-3 — 
toute morale devrait mourir 
sous un climat renouvelé d’atmosphère 
parasols couchants des terrasses sans scrupules 
mâcheurs de fleurs de l’extase androgyne 
stupeur qui ricane dans le clair-obscur 
des esprits 
priez les objets oubliés 
vous verrez enfin la peinture cloisonnée 
des étoiles candides 
dans la cellule du hasard 
parfum haillon de grand homme 
portant sur l’épaule 
son dîner trompeur 
récolté entre les murailles d’ardoises 
de mon enfance rachitique
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.