Full text: Pensées sans langage

— 58 — 
une de'esse m’a dit 
que son caraco cherchait l’insaisissable 
aquarelle nostalgique des religions 
sphère éventée dans l’enfilade stupeur 
j’ai l’oeil dans l’eau 
à la lumière des bougies 
les tapisseries sont peu sympathiques 
et mon cœur demeure habité par l’amour 
les tasses vides reposent comme les brumes fœtus 
derrière les maisons
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.