Full text: No 20 = 1923, Janvier (20)

Avec un esprit éminemment féminin, Céline Arnauld se plait 
à conter des histoires enfantines, l’histoire de l’ours qui attrape 
des guêpes avec sa patte, celle de l’athlète qui d’un seul coup 
renverse une locomotive dans le fossé. Elle s’abandonne entière 
ment au mouvement d’expansion que lui procure sa conscience. 
Elle aime la campagne, sa faune et sa flore. Les claires voies des 
chemins s’ouvrent sur le mystère familier des choses. Elle préfère 
l’inoffensif orvet des champs à l’aspic de Cléopâtre et quand elle 
ferme les yeux elle conserve au fond d’elle-même une riante 
vision du monde. Comme le témoigne la petite pièce “ Paupières „ 
toute pénétrée d’une tendre ironie : 
La margelle ouvre sa fenêtre 
aux moissonneurs du ciel 
et les guinguettes tendent l’oreille 
A la musique des branches ensoleillées. 
Par le chemin que le soleil défend 
sans pensées ni regrets 
le printemps entre en sifflant 
dans le paie parasol 
où les enfants sous le poids des sabots 
étouffent le chuchotement des routes. 
Le lilas s’ouvre et raconte sa peine à tous les passants 
La fille du notaire a mis son chapeau rose 
et la lune en bonnet descend vers la vallée 
Alors les chicorées ont éclaté de rire 
et toutes les banques ont fermé leur crédit à l’amour 
Mais le puits s’est enivré de ruisseaux passions 
Et la margelle s’est close sur tant de souvenirs 
La poésie de Céline Arnauld s’échappe dans tous les sens et 
décèle un perpétuel besoin de mouvement. Elle dira : 
“ Les étoiles changent de place à chaque regard „ 
11 résulte aussi de cette poésie une souveraine impression de 
blancheur. Tout y est blanc comme l’aube, blanc comme l’archet 
et dans “ Point de Mire „ Céline Arnauld dira : 
“ Là-bas, les tombes s’ouvrent comme des lys. „ 
Si les hommes cherchent le rameau d’or, les femmes lui 
préfèrent le miroir d’argent Céline. Arnauld poursuit une poésie 
modeste mais exempte de médiocrité. Sous toute sa douceur passe, 
par instant, un sentiment de profonde humanité :
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.