Full text: No 20 = 1923, Janvier (20)

11 
► 
Ses tapis ne rappellent en rien cet Orient fastueux et roman 
tique qu’on évoque, sans le vouloir, au mot tapis. Ils sont 
à la fois plus simples et plus riches. Pour les orner, Cockx 
a abandonné résolument le dessin décoratif et sentimental des 
orientaux et de leurs continuateurs. Sous vos pieds, l’artiste 
n’a mis ni fleurs déguisées, ni animaux fabuleux, ni person 
nages. L œil ne rencontre qu’un dessin purement constructif, 
permettant au corps de jouir sans mélange de la joie de 
marcher sur quelque chose de souple et de silencieux. Cette 
sensation n’est pas causée par la technique employée à la 
confection du tapis, qui est à point noué, mais uniquement 
par l’absence d’éléments empruntés à la vie animale ou végétale. 
Sans le vouloir, on éprouve toujours quelque vague appré 
hension a écraser telle rose ou le visage épanoui de tel 
personnage. 
Joseph Prudhomme prétend que les tapis sont faits pour y 
mettre les pieds, et il a raison. C’est pour avoir oublié cette vérité 
essentielle que les tentatives que l’on fit avant la guerre pour 
en rénover le dessin, furent vouées à un échec complet. Sans 
doute, quelques artistes produisirent-ils des décors agréables à 
la vue, mais ce ne furent jamais de vrais tapis. Ils n’osèrent pas 
rompre avec la tradition et, sacrifiant à la mode du temps, créèrent 
des dessins où la rose se mariait étrangement à la Bacchante ou à 
la femme nue. Ces sortes de figurations, qui prétendaient donner 
au tapis un aspect de jardin suspendu ou de paradis d’Allah, ne 
purent jamais avoir une vie bien longue. Elles étaient dues à la 
mode et périrent avec elle. L’outil, l’ustensil, le meuble, ne sauraient 
être beaux que si la forme et l’ornementation en sont simples et 
répondent au but proposé.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.