Full text: No 20 = 1923, Janvier (20)

200 
A Maurice Van Essche 
Bar 
Lanterne de papier huilé — chauds yeux mi-clos 
Gloire des rues interdites aux matelots i 
Les bourdons policiers se cognent à vos vitres 
Bar ô cactus éclos sur les décombres de la nuit 
Les rêves les regrets le désir étendard 
Halots d’ivresse sur les visages que j’ai baisés 
De la flamme de punch qui tremble sur les verres 
Une torsade de typhon s’élève rauque comme une rixe 
Les murs sont pavoisés de glaces de mirages 
Combien de cicatrices écrivent mes voyages 
ô bruit des vagues halètement des flots énamourés 
Accordéon magicien des coeurs nomades 
Quels grains menacent sous les paupières plombées des filles 
Les phalènes des Tropiques ce sont leurs bagues et leurs rires 
Dans les bouteilles lumineuses d’aurore 
Chante l’embellie des départs matinaux 
A Saigon à Dakkar ou à Vera Cruz 
Toujours la même abeille a bourdonné 
autour de mon col de toile bleue 
Elle chante laï-ta-li-va 
Les beaux pays où je n’aborderai pas 
Paul DERMÉE
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.