Full text: La parole obscure du paysage intérieur

tout centre se dissout à présent avec vélocité vers les 
périphéries et les incommensurables 
et derrière un -fide il y a un vide 
et derrière ce vide il y a un autre vide - infini - et pas 
sent les dernières grandes ombres et la lumière se dilate 
en aurore et en radium et le plus lointain a encore un autre 
lointain 0 les rayons perdent leurs origines 
du centre l'obscurité s'agrandit éternellement 
l’extrême sphèie n’est que la première sphère 
nous ne sommes plus qu’un écho 
cette fuite est la réalité 
jusqu’à ce que descende du haut le blanc 
(tous le ingénieurs et les outils sautillent 0 les mi 
crobes défilent en formation tétragrammatique et devien 
nent sons) 
et pour cette souffrance lumineuse pour cette soif rougie 
pour l’azur infini la pluie éternelle et notre dégoût 
pour toute notre passion et notre maladie 
qu’il descende avec la Parole Obscure le rideau sur les 
machines immobiles 
hallucinées 
dans le grand théâtre désert 
lilan amour 0 âme 0 je n’ai plus de force 
lampe 
cendres 
gouffre 
amour 0 dans le grand théâtre désert 
aga 
hhah je suis toujours très ennuyé 
silice signature cependant 0 boeuf gras 
poumon viceamiral 
infection menuet 0 cyanose assintode merci losange ani 
line autobus 
citron pluritonal 
dans le grand théâtre désert 
aga 
ngara sang en formation d’hyperbole 
hhah hyperbole 
hyperbole
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.