Full text: Numéro spécial (1er Octobre 1919)

LE CRAPOUILLOT 
7 
A la manière de Pydyard JÇiphng. 
Chanson de la Relève montante 
Nous avons passé devant l’arbre en boule, 
Car c’était un arbre en boule sur les cartes d’état-major. 
À nos pieds la perdrix grise 
Venait chercher un abri entre deux bardanes 
Et quelques boutons d’or. 
Aujourd’hui cet arbre est comme un juif martyrisé 
Et le boyau commence à ses pieds, 
Le boyau conduisant vers le verger nocturne 
Où les fusées lumineuses crèvent comme des fruits trop 
[mûrs. 
Attention aux fils ! faites passer... 
Quelle compagnie ? Quel régiment P. . 
Ça n suit pas, ça n' suit pas maint' liant ! 
C’est ici qu'on va tous se faire bouziller. 
Les pieds enfoncent dans la boue ; 
Et I on marche sur des yeux qui sortent de terre, 
A la porte des cagnas creusées dans les parois du boyau. 
Derrière une toile de tente, 
La flamme d’une bougie frétille. 
Et le soldat ne voit que ses pieds, 
Car la boue le restitue à l’ébauche de ce qu’il fut 
Quand il n’était pas un homme 
Mais de la matière, de la matière n’ayant pas vécu. 
Attention aux fils ! faites passer... 
Quelle compagnie P Quel régiment P... 
Ça n' suit pas, ça n' suit pas maint'nanti 
C'est ici qu'on va tous se faire bouziller. 
Voici le poste d’écoute et l’emplacement de la mitrail- 
Le P. C. du commandant et celui [leuse, 
Du capitaine de la septième compagnie. 
L’abri-caverne est démeublé de ses bidons. 
Prenons nos habitudes et pour huit jours, garçons ! 
Ah ! dormir éternellement... pendant huit jours ! 
Et ne pas bouger de ce trou merveilleux. 
Enlever ses brodequins et gratter la peau de ses pieds 
Avec le couteau de l’armée suisse ! 
Se libérer de la chemise tassée sous l’équipement 
Et du caleçon spongieux glissant sur les jarrets 
Malgré la culotte bleue à passepoil jonquille. 
C'est ici que la septième compagnie 
S’est enterrée avant sa mort 
Sur les hauteurs de Givenchy. 
RUDYARD KIPLING. 
A la manière de l‘A. T. ' 
Propagande ! Propagande ! (1.125 e liste) 
Vive Dieu ! 0 25 
Pour que Saint Michel protège mon fils Henri 
dans la prochaine dernière guerre 1 30 
En mémoire de Jeanne d’Arc, de Léon Daudet 
et du grand Maurras (collecte) 1 » 
A la manière du J. D. P. 
Des Munitions! (1.125° liste). 
Vive Lénine! vive Trostky 0 25 
Pour que le règne de la Sociale arrive et que 
les proprios soient étripaillés (collecte)..... 1 30 
A la manière de Marcel Proust 
A l’ombre d’un jeune homme en 
boutons 
(Légère esquisse de l'opportunité d’une visite, de la diffi 
culté croissante d'un départ.) 
J’achevais de m’habiller quand je reçus ce mot de mon 
ami Gilbert : « Cher ami, vous, qui êtes friand de vie 
intérieure, n’apprendrez pas sans chagrin que ladite vie 
intérieure vient d’être chez moi singulièrement diminuée 
par l’expulsion d’un ver solitaire dont la Faculté m’a 
ordonné de me séparer. En même temps il m’est venu 
sur le visage une profusion de boutons qui me font retar 
der le plaisir de vous voir... » Je résolus sur l’instant 
d’aller voir Gilbert ; mais, dès que je voulus faire un pas, 
je m’aperçus que j’avais été fort audacieux de prendre 
un parti si rapide, à cause que je suis pour ainsi dire 
divisé et comme distribué en deux plateaux d’une balance 
et que, le pour et le contre s’équilibrant, je ne puis par 
venir à faire incliner, de quelque côté que ce soit, le 
fléau. Je m’en aperçus, dis-je, dès que je voulus passer à 
l’action, car, ayant levé le pied droit, je ne pus me 
résoudre à le laisser retomber pour cette raison qu’il 
n’est pas de motif pour commencer à marcher de ce pied 
plutôt que de l’autre. J’étais dans un embarras extrême, 
mon pied demeurait en l’air et je tâchais de ne point 
commettre de bévue. Le ramener à la hauteur de mon 
pied gauche eut été faire un mouvement pour rien, 
le porter en avant était prendre un parti bien extrême, 
car nous ne savons pas où peut nous entraîner le moindre 
mouvementet d’autre part la seule éventualité d’une réso 
lution contient en elle — telle grain la moisson future — 
toutes les idées, les émotions, les incidents ou les catas 
trophes de l’acte accompli, si bien que je me trouvais 
absurde d’avoir, si j'ose dire, levé le pied, aussi bien que 
si j’avais terminé le mouvement tout entier, puisque, ce 
faisant, j’avais déchaîné en moi, outre un monde de consé 
quences déjà irréparables, un autre monde d’hésitations 
douloureuses. A ce moment l’idée me traversa que, puis 
que je me plaisais à l’ombre des jeunes filles en fleurs, je 
pourrais bien trouver quelque agrément à l’ombre d’un 
jeune homme en boutons, mais cette pensée fut immé 
diatement' contre-balancée par cette autre que, si je n’hé 
sitais pas, je n’aurais plus de raison d’écrire et qu’au 
surplus l’indécision est mon privilège, comme de couper 
les cheveux en quatre d’ailleurs, étant donné que je ne 
sauraisperdre mon temps, attendu que l’on n’est pas sans 
ignorer l’incomparable emploi qu’avec un chapelet de 
considérations contradictoires je sais faire du temps 
même perdu. J’en étais là de mes réflexions quand, ayant 
fait un mouvement instinctif, je tressaillis de douleur et 
me laissai tomber sur un canapé voisin en poussant le cri 
du cor. Un cor oublié, en se rappelant à mon souvenir, 
me condamnait à une immobilité à laquelle, par ma seule 
intelligence, je ne me serais pas reconnu le droit de me 
déterminer... 
MARCEL PROUST.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.