Full text: Manifestes, Manifeste, Manifest, Manifes, Manife, Manif, Mani, Man, Ma, M

m 
niser dans la création de ce fait nouveau qu’il 
est en train de produire. Parallèlement à l’ima 
gination, dans le délire la raison monte aux 
grandes hauteurs où l’air de la terre se raréfie 
et pour respirer il lui faut des poumons spé 
ciaux, car s’ils ne sont pas à l’unisson elle 
étouffera. 
Cette raison contrôle, cette raison écarte les 
éléments impurs qui voudraient se mêler aux 
autres pour être en bonne compagnie. Elle est 
le tamis et l’organisateur du délire, et sans elle 
votre poème serait une œuvre hybride, impure. 
Et tandis que le rêve appartient à tout le 
monde, le délire n’appartient qu’aux poètes. 
Une conjonction mystérieuse de phénomènes 
aussi libre dans son origine que dans sa cause 
immédiate, déclanche dans l’âme du poète 
tout un mécanisme de sonneries à répercussions, 
et la machine se met en marche, chargée de 
millions de calories, de ces calories chimiques 
qui font que le charbon devient diamant, car 
la poésie est la transmutation de toutes choses 
en pierres précieuses. 
En résumé, l’état de rêverie existe, il ne se 
discute même pas, tous les poètes le connaissent 
et l’ont proclamé aussi bien les bons que les 
mauvais. Voici comment le définissait M. Sully 
Prudhomme qui n’était pas un phare :
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.