Full text: Manifestes, Manifeste, Manifest, Manifes, Manife, Manif, Mani, Man, Ma, M

81 
6 
On ne finirait jamais de citer des cas sem 
blables. 
Les mêmes docteurs Antheaume et Dromard 
disent dans l’article déjà cité que « l’imagina 
tion est la faculté dominante des sociétés pri 
mitives, tandis qu’elle s’affaiblit en se décolo 
rant à mesure que la raison se perfectionne ». 
Pour un poète qui connaît la poésie actuelle 
et qui la comprend, cette affirmation est 
complètement gratuite, pour lui l’imagination 
se perfectionne autant que la raison. L’imagi 
nation aussi se fait plus complexe, prend plus 
d’étendue, arrive à conquérir des zones insoup 
çonnées, de vastes territoires, qui restent fermés 
pour de nombreuses périodes aux contemporains 
du poète qui, ne le comprenant pas, l’accuseront 
de modernisme et d’incompréhensible sans 
voir que ces œuvres ne sont que le résultat 
d’une imagination perfectionnée. 
Peut-être les jeunes savants des générations 
suivantes (1) le comprendront-ils, car il sera 
devenu plus habituel, plus maniable et alors 
ils le citeront dans leurs études en excluant, 
(1) Voulez-vous voir la différence profonde qu’il y 
a d’une génération à l’autre? Aujourd’hui, André 
Breton proclame extasié la nuit des éclairs, hier 
M. René Douane dans un numéro de la « Revue des 
Deux Mondes » (octobre 1904) protestait indigné 
contre l’image superbe d’un Shakespeare écrivant 
« dans une espèce d’hallucination, dans une nuit d’où 
jailliraient des éclairs ».
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.