Full text: Lettres au Docteur Schuermans

19 
me un petit pain, à beaucoup diminué ces derniers 
jours — Je voudrais vous voir — probablement 
que vous y voyez clair après toutes mes explica 
tions et les essais faits par les autres médecins — 
Je suis obligé de garder, deux jours sur trois, le 
lit — Vous comprendrez que je sois démoralisé ! 
Avez-vous lu Ulysse ? — 
Je ne vous ai pas encore envoyé un n° du Dial 
— parce que je dois le recevoir de Pound et 
celui-ci est absent pour 3 mois ! 
Mon petit livre n’a pas encore paru ! Et je ne 
m’occupe de rien ! Et il ne se présente rien de bien 
saillant chez les autres — 
Mon « Lamprido » roman, va de nouveau en 
lecture chez un éditeur — et j’espère achever le 
dernier qui est au dernier chapitre — J’ai des 
idées pour une oeuvre nouvelle — 
Mais tout cela reste à l’état de projet! Ce n’est 
que temps à autre que monte en moi un filet 
d’énergie —» comme une flamme vivifiante — 
mais qui s’éteint aussitôt — et tout devient morne 
— Je médite beaucoup le suicide — mais alors 
mon gosse chante — et une sentimentalité effa 
rante m’envahit... 
Enfin, j’espère encore! — Aujourd’hui le soleil 
luit — Mon médecin me dit que mon teint — de 
jaune pâle et terne se rafraîchit — il escompte 
mieux dans cinq, six semaines ! 
Au plaisir de vous lire — agréez, mon cher 
médecin, mes sentiments d’affection 
C. Pansaers
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.