Full text: La lune ou le livre des poèmes

que chantent et crient jeunes gens et jeunes filles! 
LA PETITE MAISON 
/^insi, toi, humble créature, cette petite maison, 
cette bicoque, tellement petite, te suffit, et rien 
de plus tu ne désires. 
Devant ta porte assis, en voyant passer les hom 
mes au visage tourmenté, tu dis: « O insensés, 
après quoi courez-vousr 
Avorton, tais-toi! Ceux-làsontdeshommes, par 
ce que devant la petite porte d'une bicoque ils 
n'ont pas voulu rester assis. 
Silence lâche! Ceux-là sont des hommes, parce 
que à travers les hommes, ils vont sans cesse, tou 
jours partout, toujours en avant. 
Toujours en avant, parce que une plus vaste mai 
son ils veulent construire, elle n'est jamais assez 
vaste, ils veulent toujours plus et plus. 
Elle n’est jamais assez vaste, car plus immense en 
core est leur vouloir, et immense ils veulent leur 
maison comme immense est leur rêve. 
Avorton, silence! Ces visages tourmentés sont des 
hommes, parce que à travers les hommes ils vont 
sans cesse, toujours en avant, et toi, devant ta 
porte assis, déjà tu es un mort!
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.