WESTWEG 
comme les jours de fêtes 
tout était bien rangé 
et personne ne disait mot 
j’attendais les trois coups 
le soleil se lève comme une fleur 
qu'on appelle je crois pissenlit 
les grandes végétations mécaniques 
qui n’attendaient que les encouragements 
grimpent et cheminent 
fidèlement 
on ne sait plus s’il faut les comparer 
au lierre 
ou aux sauterelles 
la fatigue s’est elle envolée 
je vois les mariniers qui sortent 
pour nettoyer le charbon 
les mécaniciens des remorqueurs 
qui roulent une première cigarette
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.