Full text: Le Pan-Pan au Cul du Nu Nègre

Ce matin, sorti de iâ baignoire, projeté, face et pile, 
dans les glaces, doublement dédoublé — décharger les 
brownings, les bras tendus — la volonté en phare — tin 
tinnabulant — monter, tourner dans le vide — triple saut 
périlleux : — de la main droite au ras du sol — hilarant, 
aux détonations cavalcadant la cascade des g’aces — 
rattraper le pied gauche et me promener avec élégan 
ce acrobatique. Continue galopade de consonnes sur la 
sonorité des voyelles — à déferler la chute : 
Nu je suis : — plus d’action au tournesol qu’est une 
glace. — Annulées sont les attractions comme les répul 
sions : — isoloir, à l’état initial, déambuler sur un fil 
tendu à l’intersection où l’opaque et la transparence se con 
fondent. Volontaires, les tessons des glaces — sinapis 
mes usagés — servent d’instruments de tatouage à l’inu 
tile. En vain tourner, le « moi » enterré, courbé, nu. les 
bacs à ordure. Réquisitionner à la résurrection un orches 
tre complet et virtuoses en ignorance. Pan-énergétique est 
le vent. * 
Comme l'humaine, doucereusement fantomatique est 
l’âme du monde, en ses frontières mitoyennes. 
Au clair-obscur, en soubresaut, nouer l’horizon au zé 
nith : — Existent moyen et motif à pendre le monde. 
Reste à découvrir la potence. Par derrière ou par devant, 
sortira le « moi * nu singulièrement.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.