10 
HIVER A BOIRE 
L’hiver est arrivé à l’appel de quelqu’un 
Et les regards émigrent vers les chaleurs 
connues 
Ce soir le vent traîne ses écharpes de vent 
Tissez mes oiseaux chéris un toit de chants 
sur les avenues 
Entendez-vous pétiller l’arc-en-ciel mouillé 
Sous le poids des oiseaux il s’est plié 
L’amertume a peur des intempéries 
Mais il nous reste un peu de cendre du couchant 
Hirondelles de ma poitrine comme vous faites 
mal 
Secouant toujours ce silence végétal
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.