^ • 
> 
Mon œil mieux qu'un navire divague 
Bien que je sois le marin précis 
Que voulez-vous 
La mer change de vagues 
Le caméléon de couleur 
Et la montre d’heure 
Mais l’océan transitoire en échelle sans tapis 
Au fond change aussi peu que le charbon des 
mines 
Et je l’aime comme une bouteille ou un bouquet 
poli 
A l’ombre de son phare qui mouds les vagues 
en sourdine 
L'océan l’océan le phare et la farine 
Pleure mon beau marin sur la marine 
L’océan l’océan 
Voilà mon seul drapeau 
Chiffonné de bateaux 
Déchiré dans les plages 
Mon drapeau naturel est troué de naufrages
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.