miroirs, Poésie ron-ron empruntent 
le langage même et épousent les char 
mantes machinations, font que nous 
sommes quelques-uns qui, chaque ma 
tin, en nous éveillant, aimerions con 
sulter Picabia comme un merveilleux 
baromètre sur les changements atmos 
phériques décidés dans la nuit. 
Cette nuit est, pour beaucoup, com 
plète et je ne m’attends pas à ce que 
l’anecdote suivante fasse autrement 
sensation. Mais je la tiens de Picabia 
et, au cours de ces lignes, elle mérite 
de passer comme un trait de lumière : 
Un jour qu’en compagnie d’un de ses 
amis, M. S. S., de haute noblesse per 
sane, celui-ci était allé visiter une 
exposition de peinture à Lausanne, le 
jeune homme, demeuré par bonheur 
étranger à notre «culture», lui dit:
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.