/y ! 3 7 
A K l» 
Tout ce que j’aime, tout ce que je pense et ressens, 
m’incline à une philosophie particulière de l’imma 
nence d’après laquelle la surréalité serait contenue 
dans la réalité même, et ne lui serait ni supérieure ni 
ex 'ure. Et réciproquement, car le contenant serait 
aus ie contenu. Il s’agirait presque d’un vase com 
municant entre le contenant et le contenu. C’est dire 
si je repousse de toutes mes forces les tentatives qui, 
dans l’ordre de la peinture comme de l’écriture, pour 
raient avoir étroitement pour conséquence de sous 
traire la pensée de la vie, aussi bien que de placer la 
vie sous l’égide de la pensée. Ce qu’on cache ne vaut 
ni plus ni moins que ce qu’on trouve. Et ce qu’on se 
cache, que ce qu’on permet aux autres de trouver. Une 
rupture, dûment constatée et soufferte, une seule rup 
ture atteste à la fois de notre commencement et de 
notre fin. 
Du sentiment hautain de notre discontinuitié, du 
pari de vivre, d’homologuer tour à tour à peu près 
tout ce qui se propose, de nous rendre à nous-même 
la monnaie de notre pièce, nous déduisons, nous avons 
la faiblesse de déduire que nous valons mieux que 
ce pour quoi nous passons. Les menuisiers, qui sous 
la direction de Arp, obtiennent à peu près ce qu’il veut 
du bois dont on fait les flûtes et les effroyables éta 
gères, se rendent complices de ce grand crime qu’est 
aujourd’hui le crime de lèse-réalité. Nous marchons 
sur le sable où chacun de nos pieds laisse un trou 
qui n’est déjà plus à la dimension de ce pied, il y a 
des objets vides séparés par des intervalles pleins, des 
moules secrets d’où des masques de verre sortent usés.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.