Full text: Integral : revista de sinteza moderna : organ al miscarei moderne din tara si strainatate (6/7)

Sculpture 
Galerie Vavin-Raspail Manus 
pârtie de son corps ? Elle cree, mais ce qu’elle cree, c’est 
moins une robe, une echarpe, qu’une nouvelle creature 
l’on croirait qu’elle prend de je ne sais quelle armo'ire 
mysterieuse Ies parures destinees â telle ou teile; d’ou 
certaine noblesse et cette aisance surtout. 
Les grandes epoques n’ont jamais ete celles des haillons, 
ni celle des fanfreluches d’ailleurs; avant la guerre il y 
avait un mot abominable qu’on employait souvent, trop 
souvent: CIIICHI; un deşir d'ampleur nous donne aujour- 
d’hui la haine des inutiles details et de leur sottise ; l’amour 
de vivre (]ui prouve, somme toute, que malgre certaines 
tentatives et des impatiences parfois un peu frenetîques 
nous sommesbien portants, s’accommode mal de chichis ; 
tousen conviennent; îl y a lâentente theorique. Le malheur 
est que trop attentifs â la politique, absorbes par des 
queştions d’ecole, ceux qui nous avaient fait de grandes 
prommesses ne les ont point encore realisâes ; peut-etre 
estice qu'en depit de bon vouloir manquait le sens du 
respect, ce sens du respect qu’un seul invoqua lors du 
proces Earres; or, Sonia DELAUNAY a le sens du respect. 
Ce qu’elle respecte? la belle sânte, 
la lumiere, la simplicite ; vous voyez 
alors qu’elle deteste les poses mor- 
bides; l’humidite, les complications ; 
ce qu’elle fait estraisonnablc ; je l’a- 
ffirme, prenant le mot raisonnable 
dans ce qu’il a de plus noble. So 
nia DELAUNAY a connu bien des 
artistes, poetes, pcintres, sculpteurs. 
Elle a vu bien des mouvements se 
former, des ecoles se creer; elle 
les a aimes, discutes, combattus . 
jamais elle ne les â simplement et 
tout bonnement acceptcs. c est qu’- 
ellc ne pouvait qu’obeir â sa loi se 
crete, â son rytme interieur. Encore 
une fois, jamais il ne s’est agi pour 
elle d’illustrer une theorie, de rcali- 
ser les pretentieuses promesses d’un groupe ou d’un autre, 
Ses intentions alors, me direz-vous ? Elle n’en a pas, n’en 
a jamais eu, ou plutot n’en a qu’une seule, n’en a jamais 
qu’une seule! Travailler pour son plaisir et ne pas songer 
a flatter ni â scandaliser le r public ; d’ou son indepen- 
dance et son unite dans la cieation ; elle a le gout de la 
couleur et non le gout desordonne des couleurs; les vio» 
lenees inutiles ne lui font point perdre son temps; par 
exemple, elle imagine un sac; pour obtenir lharnionie de 
finitive il lui faut miile teintes ; or, ces teintes, elle les 
cueille en verite aussi facilement que les simples fleurs 
d'un jardin qui serait bien â elle, â elle seule ; et parce- 
qu’elie ne demande p2s son avis au voisin, son sac a l’air 
d’une chose, d’un etre tout naturel, d’une pierre precieuse 
ou d’un animal, niettons d’un scarabee: elle vous l’apporte 
dans ses paumes, et vous avez envie de le caresser, de le 
flatter, de lui parler; n’est-ce point lâ exactement ce qu’on 
appelle faire de la vie ? 
Nous en avons assez des lits ou l’on n’a pas envie de faire 
l’amour, des salles â manger oii l’on perd l’appetit, des 
fauteuils ou l’on ne peut s’asseoir; il faut remercier Sonia 
DELAUNAY de ses robes que nous voudrions offrir aux 
corps les plus chers pour nous consoler de ne point tou- 
jours les avoir adorablement nus aupres de nous; il lăut 
remercier plusieurs fois Sonia DELAUNAY car elle ne se 
contente pas de faire c hanter autour des femmes les etoffes» 
les echarpes; elle a dessine de tres 
beaux meubles, je veux surtout me 
rappeler une grande table carree, 
on ne peux plus simple de forme 
et plus parfaite de proportion; qu’elle 
m’excuse si je n’en sais point parler 
comme un peintre des couleurs, un 
poete des vers; je veux encore la 
remercier d’avoir supprimelc prejuge 
hierarchique, d’aimer sulfisamment 
la vie, la vie magnifique, pour nous 
offrir des chefs d’oeuvre qui embe- 
lliront nos gestes quolidiens. Sonia 
DELAUNAY a beacoup travaille, 
depuis le jour ou Apollinaire dans 
la „Femme Assise“ la felicitait 
ainsi que son mari de vouloir re- 
nover le costume ; mais elle n’a pa s 
commis l'erreur de qucter l'approbation de quelciues es- 
thetes ; elle n’a point pense â Montparnasse, aux petits 
cenacles, elle va vers la foule; je 1 affirme, la loule 
insensible. 
Rene Crevel 
Manteau de Sonia Delauney
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.