MATHIAS LUBECK 
Clio 
ou la peur des responsabilités 
Le coiffeur de la reine et le giton du roi 
Se revirent le soir, ô nymphes bocagères, 
Dans l’ombre artificielle du jardin d’hiver 
Ils fumaient. Le corps solaire était déjà froid. 
Malgré l’obscurité suave des lampadères 
On crut voir la dauphine en robe de bergère 
Qui se donnait, mais sans lumière, 
Aux regards et au rut des trois palefreniers. 
L’historien de cette famille royale, 
Malgré qu’il en eut, ne put certes le nier 
îl se pendit, touchant mémorial, 
Dans la maison du jardinier. 
Holàî ma fille, quelle audace, 
Et moi qui voulais vous unir au roi des Daces. 
Di eux, se pût-il que je m’imaginasse 
line semblable indignité ; 
En vérité, mon père, en vérité, 
Eussiez-vous préféré que je fisse l’amour 
Avec vos grenadiers ou avec vos pandours? 
O ciel, ils sont pourris de vices 
Et de honteuses maladies. 
— Eh ! ma fille, ils sont au service 
De la patrie. 
— Mais les palefreniers, troupe pour vous abjecte, 
Sont plus dignes que vos troupiers.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.