25 
L’ŒUF DUR — 13 
Le danseur s’abattait, rampait pour cueillir le secret des vic 
times et se redressait pour fouler aux pieds sa victoire. Le chan 
teur reprit sa place et chanta que la fée pansait les plaies du 
militaire. 
A une table proche, une fille tendre et sournoise avait un 
grand verre de lait où trempaient une banane et une prune vio 
lette perdant son sang sans couleur. Elle y trempa ses pailles 
si bien qu’elle éclaboussa la table. « C’est bon », dit-elle à son 
voisin. » 
« Attention, dit un vieux paysan à la servante, tu joues la vie 
de ton amant. Le regard qu’avait pour lui le jeune seigneur était 
mauvais. Il a la main longue. » 
«Bois ta bière, dit-elle, j’aime le grand vent. » 
Le jeune seigneur la rattrapa dans la pièce en bois qui était 
derrière la boutique. « J’ai envie de toi, je te veux, lui dit-il, 
tu te plieras dans mes bras et tes cheveux toucheront le sol, 
je serrerai ton corps blanc à lui faire mal, tu seras nue et blessée 
et nous nous tremperons dans la joie à nous y perdre. 
— Va-t-en, tu es laid, tu as trop mangé, tu me fais peur. Non 
je ne serai pas nue pour toi, tu ne sais pas me dire les mots doux 
qu’il me dit, Si tu savais, on croirait qu’il caresse un collier, ou 
la musique du vent sur les feuilles, de l’eau sur les cailloux blancs. 
Et quand il me saisit dans ses bras je ne suis plus qu’une petite 
boule amère dans ma gorge, je fonds vraiment, je ne suis qu’un 
peu de chair accrochée à sa poitrine. 
— Tais-toi, j’ai envie de te tenir sous ma bouche. Je peux 
tout ici, tu n’es rien qu’une petite fille qui rit. Qu’il se cache, 
tu sais, car je le briserai sous les roues de ma voiture. Toi, viens 
là-haut, je veux mordre tes seins. 
— Tiens, je ris de toi, je t’échappe comme je veux, vois. La 
souris blanche te file entre les doigts. Tu ne me tiendras pas 
dans tes bras. Ce soir je lui dirai, à lui, tout ce que tu m’as dit. 
Il rira bien, tu sais. Il m’appellera petit oiseau des îles, fleur 
tremblante et il me serrera contre son cœur. Mais je lui racon 
terai encore, il rira de tes désirs, et je l’embrasserai pendant 
qu’il rira. » 
Les trois valets du seigneur sont venus chercher le chanteur 
Il s’agit de les départager pour un coup douteux. On ne voit 
déjà plus grand chose et la bille de l’un d’eux est tombée dans 
le fossé. Elle les a vus. Il prend sa pelisse et les suit.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.