L’ŒUF DUR 
14 
14 
de Paule, la sienne, n’est-ce point parce qu’il connaissait la 
puissance de ses mains, mais simplement parce qu’il se trompa. 
La voiture s’arrêtait devant la maison de Pyrame. 
Paule pour ne pas sembler avoir peur ne s’étonna pas. 
— Vous voulez me montrer un livre, je suppose. Il est tard, 
mais je prends le temps. 
Ils montèrent. 
Un oubli d.e lumière les évida dans du silence. 
Seules les mains de Pyrame mouvaient l’ombre et la vie. 
Elles avaient de la souplesse. 
Des penseuses, même. 
— Plus, de la sensualité. 
Paule toute, mais toute troublée alla vers les mains qui 
s’ignoraient en elle. 
— Vous me poserez l’adolescent peu pourvu de poils, supplia- 
t-elle comme pour se protéger. 
Pyrame ne comprenait pas. 
— Je n’aime pas les athlètes, ils sont trop laids... Tandis 
que vous je vous aimerai. 
De son corps, elle obligea Pyrame à savoir que ce n’était 
pas de l’art, mais un aveu. 
Plus tard, Pyrame posa pour les Oiseaux du Lac Stymphale 
dans travail ; mais personne n’a vu le tableau. 
Pas même moi.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.