1 
1 
L’OEUF DUR 
MAX JACOB 
Les deux arbres 
A Jean Dubufjet. 
Fumée, monstre d'argent sur un ciel bicolore 
et des pleurs de soleil dans les nues qui l'adorent. 
Arbres scellés au firmament 
l’un ocellé quand l’autre oscille 
ils ont la forme des anguilles 
ils ont la forme de mon tourment 
ils ont la forme d’une offrande 
bouquets en tête et le corps vert paré 
suppliant Dieu que l’on me rende 
mes fertiles journées et mes nuits bucoliques. 
Armures d’or, blés de nos plaines 
que reflétiez-vous auprès d’eux 
lorsque la Loire a ses vitrines pleines 
du soleil qui la cache et qu’elle rend à Dieu ? 
Mais aujourd’hui devant qu’il neige 
un ciel sans amour est tassé 
sur mes arbres cadenassés 
et sur la terre dure aux bêches. 
Brouillards complotent l’amaurose 
de ce qui meurt au bord des bois.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.