19 
L’ŒUF DUR — 15 
Restons sous la pluie 
Le cri noir qui émiette l’univers 
en orages colonnes d’or dans la nuit 
c’est la pluie, la pluie 
qui dégringole comme un verre 
Epouvantails ! reculez enfants ! 
il y a de petites carcasses qui trament dans les coins 
des lames qui s’enfoncent dans le ciel 
Rien ne va plus ! les vivants, les pauvres vivants 
ont des douleurs on ne peut plus sévères 
et depuis que la roue d’acier tourne à vide, 
nous restons les mainsnuesétrangementautourd’une table 
Indiscutablement 
ça peut durer longtemps 
L’univers bat synchroniquement 
abattons notre jeu, je suis défiguré : 
mains d’extatique mains sans lumière sans joie 
mains qui montrent des glaces et qui couvrent des têtes 
taisez-vous ! le malade se heurte et s’entête 
à n’entendre autour de ses yeux... mains mains en soie 
JAMAIS ! mains qui coulez sur mes fronts dans leur cage 
mains qui jurez beaucoup plus bas que l’horizon 
dans les avenues du ciel où nous nous croisons 
cris d’oiseaux crucifiés dans les mains des sages
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.