29 
L’ŒUF DUR 
15 
PIERRE REVERDY 
Naufrage 
La nuit dans le métal 
Et la peau de la mare 
qui frissonne au signal 
du ciel 
plié au coin 
ou du vent 
qui s’égare 
Tout au rond de l’écueil 
et des racines sombres 
les pierres et les mains 
qui se serrent dans l’ombre 
Là le recueil de pluie 
et des trous à leur nombre 
On reconnaît ce front 
au timbre matinal 
A la lueur des arbres 
Et tous les bruits du soir 
qui s’étouffent au marbre 
du parapet d’air noir 
Au sommier de la vague 
Au creux du bras plié 
Une pensée qui sonne 
Un cri trop répété 
Entre l’abîme ouvert 
Au cercle relevé
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.