31 
L’ŒUF DUR 
15 
La vitre au cœur 
Toi qui n’as eu qu’un seul maître dans la nuit 
Une main de lumière dans la nuit 
A travers les brouillards épais 
les buissons déchirants de l’hiver 
Et les angles durs des solitudes 
Simple flamme amère 
le recueil certain 
la poussière 
Et dans les jours où le feu se reflète aux vitres isolées 
A travers les rues des villes basses et des campagnes désolées 
le feu intérieur qui danse 
Dans la poitrine et le triangle qui avance 
la glace à tous les pieds 
la route 
et l’étang retourné 
Rayon à peine éteint 
souffle à peine échappé 
Le vent retenu par la main 
Les visages serrés dans le chemin 
Vers le ciel blanc et la terre durcie 
les pas réglés 
les voix nouvelles dans l’allée 
L’air est pris 
Rien ne passe plus entre les champs et les arbres dressés 
A l’autre bout la flamme danse 
le feu intérieur 
au rideau triangulaire relevé 
Le sang du cœur
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.