Full text: Der Sturm (13 (1922), 4)

La suppression de la logique permet la 
mauvaise foi. (Au plus fort de la discus- 
sion on peut raisonner rigoureusement, 
cela fait toujours impression). De sorte 
qu’il est permis de recreer un univers sans 
causalite, et de lui appliquer cependant la 
causalite. C’est une belle source de diver- 
tissement. 
11 faut le repeter, les Dadas n’inventent 
rien — en cela comme en autre chose. II 
n’y a rien ä inventer car on ne peut rien 
inventer; il n’y a que des faces differentes 
du meme jeu de dominos. La vertu da 
daiste est de ne pas chanter la messe. S’il 
leur arrive parfois de commencer ä la 
chanter, on ne tarde pas ä s’apercevoir 
qu’ils ont mis ä l’avance du poivre dans 
le ciboire, afin d’eternuer au moment pa- 
thetique. 
L’Art est une maniere d’utiliser certains 
moyens. Cette maniere est de teile impor- 
tance qu’on connait la place qui lui est 
reservee. Les Dadas sont aussi dans la 
danse, mais il n’y a pas de danse dadaiste; 
entendez qu’il n’y a pas d’art dadaiste, ni 
de maniere dadaiste d’arranger les mots, 
les formes, ou les sons. Les moyens 
plastiques agissent plus sur la sensibilite 
que les verbaux, et pretent plus aux inter- 
pretations artistiques. C’est sans doute lä 
qu’il fait voir la raison pour laquelle les 
dadaistes abandonnent pregressivement ces 
moyens et leur preference pour les mots. 
Et c’est aussi ä ce peu d’estime pour les 
“arts d’agrement“ qu’ils doivent de pou- 
voir, sans dons ni specialite, se livrer 
irrespectueusement ä tous ceux-lä. 
11 n’y a pas plus de lois esthetiques que 
de lois scientifiques. Comment peut-on 
en passant en revue les productions hu- 
maines tirer des lois, qui ne sont que des 
paris en faveur de teile ou teile Serie 
d’oeuvres, sans montrer uniquement une 
aveuglante partialite sentimentale? 
tl semble qu’on devrait commencer par 
poser l’egalite totale de toutes les oeuvres, 
puis si cela peut faire plaisir, en examiner 
les caracteres differents, ä la maniere bo- 
lanique. 
Le fait qu’il existe une oeuvre non con- 
forme ä la loi creee detruit evidemment 
cette loi. La loi (et nous ne la connais- 
sons pas) c’est l’existence meme de t o u t 
ce qui existe, et non ce qui devrait exister. 
L’activite des curieux peut se borner ä 
expliquer ce que cela peut etre: exister. 
* * 
* 
Le manque de merites artistiques de Dada 
se pare cependant de magnifiques appa- 
rences qui font battre le coeur, brulent les 
yeux, et soulevent les cheveux. On se 
moque de Dada, mais on l’adore. Entrez 
quelque part, dadaiste, une jeune fille vous 
eclate de rire au nez, mais dans le fond 
vous offre dejä son coeur. Elle dit: Dada 
est mort, n’est-ce pas? 
Ce serait en effet si joli si enfin Dada etait 
mort, et qu’en toute tranquilite une masse 
d’arrivistes pouvaient faire du Dada'isme, 
comme ils ont fait du cubisme, et speculer 
avec l’aide des bonnes ä tout faire de la 
critique: ils voudraient savoir une fois 
pour toutes la recette. 
La jeune fille tremble delicieusement. Elle 
voudrait que gä dure toujours — de la 
meme main. La mort de Dada. Elle 
sourit ä son rouge ä levres. Puis pousse 
un cri et agite ses nerfs: c’est qu’elle sent 
un petit scorpion entre ses epaules. 
Demander si Dada est mort, c’est n’avoir 
pas vu, et pour cause, le visage de Dada. 
Non, Mademoiselle, Dada n’est pas mort. 
Mais il a des boutons. 
G. Ribemont^Dessaignes 
Musiquc (Musik) 
„Dans l’ölögante salle de M. Pierre Chareau, 
Herwarth Waiden avait convie une elite de 
ses confreres pour l’audition d’importantes 
pieces musicales.“ (A. Schneeberger in der 
Revue de l’Epoque vom Februar 1922) Auf 
deutsch: Herwarth Waiden gab am 20. Januar 
1922 in Paris als erster deutscher Musiker 
ein Konzert seiner eigenen Tonwerke. (Ver 
gessenes Telegramm des Berliner Tageblatts). 
„Soiree intime par suite de l’exiguite des 
murs, mais la musique sait soulever les 
plus lourdes barrieres et Waiden triompha 
pres des sinceres amis de la musique.“ Auf 
deutsch: Der chinesische Gesandte, der sich 
unter den Zuhörern befand, erklärte, dass 
er zum ersten Male in seinem Leben im 
Stande war, ein Konzert bis zum Ende an 
zuhören. 
„Ivan Goll avait presente l’artiste dans une 
causerie qui, pour etre succincte, n’en
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.