Full text: The little review (8 (1922), 2)

20 
extrait de 
cinema calendrier 
du coeur abstrait 
urgatoire annouce la grande saison 
le gendarme amour qui pisse si vite 
coq et glace se couchent sous Voeil galant 
grande lampe digere vierge marie 
rue saint-jacques s en vont les petits jolis 
vers les timbres de Vaurore blanche aorte 
Veau du diable pleure sur ma raison 
TRISTAN TZARA 
COCTEAU SALUANT PICABIA 
RBRE lourd allege d’incendies tunnels ou reine des 
cieux des siestas breves. Sur le coup de notre pied un 
jet d’eau s’agite dans une rue metaphysique comme 
un fait dont les siecles s’epanouissent en nuit grande 
ouverte de chair avenir plenitude nue de deuils plus 
noirs qu’eux sur le diminutif des actes cruels. Les reponses hors 
le calme du soleil des autres aiment la ville des ennemis pareils 
a l’oubli des jouissances. Les syntheses de route pullulent, 
trompe-l’oeil fugitifs des realites enfouies par les dilettantes qui 
ignorent nos actes primaires de haine, furent des chaises 
decouvertes. 
La haine charbon dans le triangle obscurement libre des anges 
intellectuels trop rares dans le del pur des timbres-poste, oublie 
les faillites de la bonne qui saute sur les volets des romans. 
Nous refusons loin de nous-memes l’ame du ref us sous nos 
coudes. N’est-ce pas mon cher Francis? 
JEAN COCTEAU
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.