+ AEROPHAGIE 
O ARTÉRIOSCLÉROSE 
Le refrain, de 
quoi ? 
(2 images hommes) 
-j- Ton frère est un relief des paupières. 
O Le sourcil, la joue, le revolver. 
-|- Une ombre inoubliable. 
O L* image du Christ, de l’amour, de la douleur contre la lumière ? 
4~ Jamais ! Le fiancé secret comme un filet d’eau, les pieds réunis, fit le signe de croix- 
O Laissez-moi, laissez-moi, laissez-moi ! 
Tu veux du corps déguisé, je suis maintenant avec toi, victoire aux morts. 
O Tu es un rire tiède comme une polution nocturne, un coup du matin. 
-j- La lumière me fait mal quand je suis séparé d’elle, la foule me fait mal quand je suis 
poussé dans le tourbillon contre un coup de vent, au-dessus de l’image de la Terre. 
Puis, lentement, le moteur rougit, les milliers et les milliers du jeu mortel d’étoupe 
explosent comme une cloche. Vitesse, vitesse, muscles en or, puis un dard exsangue 
hérissé de mains, dans une machine blanche et rouge en forme d’arcade comme l’homme 
pour deux. 
O Comme tu es pâle en dessous, ton oreille, ton cou, ton radiateur sauvage par la nouvelle 
lune, n’arrivera jamais ; c’est trop horrible, on n’arrivera jamais car ma cheville est tordue 
et me fait si mal. 
— C’est nerveux comme les dents, comme la rose pour l’autre, tu es le visage de la 
passion, de la nouvelle attente, quand ? 
" • • • 
O Je suis le visage des yeux clos et du sommeil inconnu, j’ai la tète décapitée d’allégresse • 
-J- Veux-tu que je te déshabille ? 
0 
Je me suis déshabillé à coups de ciseaux pour ma femelle vautour en attendant la voiture. 
O Oh, comme c’est beau ! 
le rappel d’une fortune avec les mains devant le dos. 
— L’odeur de ta cigarette me fait mal, tu souffles la fumée de mon coté, moi aussi je 
fume des souvenirs 
4~ Dans l’obscurité ? 
O Non, en plein jour 
-j- Alors tu es aveugle ? 
r* - ' * f * 0 f • r - ‘ 0 
O Oui comme les hirondelles. 
4~ Mais quels sont tes yeux ? 
O Les narines de mon nez qui ont de longs poils, tu vas voir. 
• • 
-J- Partout, partout, partout, partout, Artériosclérose, l’allégresse et l’audace sur les genoux. 
O Tout le sol sourit à la mélodie mélancolique de mes sanglots, ne passe pas ! 
+ Je t’en prie, je t’en prie, je t’en prie — 
• frtVi 
Francis PICABIA.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.