L’Orateur. — Parce que vous êtes sérieux, donc idiot. 
Le Spectateur. — Je ne vois pas très bien 
L’Orateur. — Cet artiste ou ce bourgeois, n’est qu’un gigan 
tesque inconscient, il prend sa timidité pour de l’honnêteté ! 
Vos charités et vos admirations, mon cher Monsieur, sont 
plus méprisables que les syphilis ou les blennoragies que 
vous distribuez à votre prochain, sous prétexte de tempé 
rament ou d’amour. 
* 
Le Spectateur. — Il m’est impossible de continuer à me 
compromettre avec un individu tel que vous, et je vous 
invite tous, mes collègues spectateurs, à quitter cette salle 
en même temps que moi, nous ne pouvons rester en contact 
avec ce personnage. 
L’Orateur. — Naturellement, tu as peur que le vent soulève ta 
jupe et que nous apercevions ton sexe qui est faux ; tes 
cheveux aussi sont faux, tes dents sont fausses ; tu as un œil de 
% 
verre et c’est le seul qui me regarde franchement, l’autre est 
un caméléon d’Asnières, à 20.000 fr. le carrat, pour imbéciles. 
Le Spectateur. —- Monsieur, je m’en vais d’abord, et puis je 
n’ai pas de jupe, je suis un homme ! 
L’Orateur. — Oh! pantalon ou jupe, c’est la mêmechose, il n’y a 
que le sexe qui change, mais chez toi et tes pareils il ne peut 
changer, puisqu’il est faux ! 
Le Spectateur. — Mais il n’y a rien de faux, c’est de moins une 
des théories que vous avez émises. 
L’Orateur — Tu as raison, il n’y rien de faux. 
Le Spectateur. — L imitation, il me semble 
L’Orateur. — L’imitation est vraie, un jardin en celluloïde 
est vrai, un perroquet en cristal de roche est vrai, un mouton 
en ruoltz est vrai. 
Le Spectateur. — Vous ne me direz pas que DADA est vrai ? 
L’Orateur. — C’est DADA qui te parle, il est tout, il comprend 
tout, il est de toutes les religions, il ne peut être ni victoire 
ni défaite, il vit dans l’espace et non dans le temps. — Mais 
pardon M. le Spectateur de quelle nationalité prétendez-vous 
être ? 
Le Spectateur. — Je suis Français de Paris 
• «6 • 
L’Orateur. — De Paris 
Le Spectateur. — Oui de Paris 
L’Orateur. — C’est vrai, il y a les français de Marseille, de 
Bordeaux, de Besançon, de Paris, vous êtes comme certains 
habitants de la Terre, qui se croient Russes, Américains, 
Allemand ou Anglais ; c’est vrai, c’est vrai vous aimez les 
voyages en diligence. 
Le Spectateur. — Misérable (il tire un coup de revolver sur 
l’orateur). 
Francis PICABIA.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.