Full text: Ça ira (4 = 1920, juillet)

ÇA IRA ! 
97 
V. 
Les nuages, ce soir, écrasent mes épaules. 
Il pleut si fort, et ma tristesse est si profonde. 
Pourquoi n’as-tu pas dit la phrase qui pardonne, 
pourquoi n’as-tu pas fait le geste que j’attends ? 
Je vis avec l’espoir d’un sacrifice nôtre. 
Dans la tienne, ma main cherche une âme, et caresse. 
Je t'ai voué ma chair et surtout mon esprit, 
tu seras mon bonheur ou tu ne m’aimes pas. 
VI. 
Frères du monde, 
dont tous les cœurs, dont tous les fronts, 
dont tous les sangs, dont tous les chants, 
sont mon front, et mon cœur, et mon chant, et mon sang. 
Frères du monde, 
persécutés et méconnus ; 
que les soirs, 
—■ les soirs terrifiant de nuages, d’orages, 
de pluie et de suie, 
les soirs craints et que la crainte magnifie ! — 
courbent dans les chemins boueux de l'énergie, 
fracassent, 
frères dont le délire est sage, 
et qui avez les nerfs 
de fer battu. 
Frères du monde, 
qui êtes peu devant la vaste mascarade, 
qui êtes peu mais vous sentez beaucoup, 
et préférez mourir que retracer vos traces ; 
que la honte ne salira ; 
frères du monde, — ô camarades <— 
du monde s’étendant de l’enfer aux étoiles, 
du monde que nourrit l’espace, 
du monde où vivre est doux, 
je viens à vous. 
Je suis comme je suis. 
WiLLY KONINCKX.
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.