Full text: Ça ira (4 = 1920, juillet)

ÇA IRA ! 
Le Vainqueur aveugle 
La lune imprègne la vallée. 
La brise chevrotante est une âme râlée. 
Le sol est saccagé d’ulcères purulents. 
Les ruisseaux en débâcle ont des vagues de sang. 
Terre qui supportas la colère des hommes 
et leur piétinement et leur acharnement 
et leur tonnerre orde et dément, 
tes soubresants ont fait crier le firmament. 
Mais te voici, pacifiée... 
La nuit en son lustral remous 
endort en toi tes enfants fous 
qui n’ont pu faire dans ton ventre 
que des trous ! 
Et, pour gémissement, — torture et somnolence, — 
tu ne tires de toi que le cri du silence... 
Mais voici qu’une chair en croix 
marche... 
Elle a des bras 
Et comme un casque... 
Des palmes lourdes sont ses mains 
et semblent tâter l’air comme des seins humains. 
Et sur elle un bâton luisant paraît une arme. 
— La Terre à l’infini n’est qu’un chemin de trous! 
Chose égarée, où courez-vous ? 
Jailli du sol un cri livide et décharné ! 
Comme une larve au bord d’un chancre gangrené, 
quelque chose d’assassiné... 
—• Le ciel à l’infini n’est qu’un dôme de trous ! 
Larve morte qu’appelez-vous ? 
Voici : hors de la glèbe éventrée et pensive, 
deux hommes vivent. 
L’un est debout. 
Son casque mire en lui tout le ciel plein d’étoiles,
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.