Full text: Ça ira (2 = 1920, mai)

58 
ÇA IRA ! 
Ruimte (Anvers) n° 3. — Herman Bossier nous y 
présente une traduction de beaux poèmes d’Herbert 
Read ; nous goûtons la plastique et nette description 
d’un match de boxe par Jos. Léonard. Une note inté 
ressante nous donne des détails sur la scène expres- 
sioniste de Cologne où furent représentés, dans les 
derniers temps, Geschlecht de von Unruh et Freiheit 
de Kranz. 
Dietsche warande en Belfort (Anvers). — Une 
étude de J. Persyn sur Emile Verhaeren, et des 
commentaires de R. Gaspar à l’œuvre poétique de 
Guido Gezelle. 
L’Art libre (Bruxelles). — Le numéro 7 contient 
un important article de Kasimir Edschmid sur le 
rôle de la prose allemande. Paul Colin, dans ses 
“ Commentaires,,, prédit avec une troublante lucidité 
la crise franco-anglaise du début d’avril. Citons 
encore la fin de la belle étude de Pierre Larivière sur 
Han Ryner et les conclusions par lesquelles Herbert 
Read termine sa série d’articles sur la jeune littérature 
anglaise. 
Le numéro du 15 avril renferme l’écho de la mani 
festation en l’honneur de notre grand et cher Georges 
Eekhoud. Le beau discours que Pierre Broodcoorens 
prononça en la salle du Théâtre Lyrique de Schaerbeek 
y est reproduit, ainsi que les adresses de sympathie 
envoyées par Romain Rolland et Léon Bazalgette. — 
Citons encore un article de Paul Colin s’insurgeant 
contre une alliance franco-belge et le début d’une 
étude d’André De Ridder sur le peintre Gustave 
De Smet. 
De internationale (Anvers). — Cet hebdomadaire 
s’est fusionné avec son confrère “ De Nieuwe 
Wereldorde „ et continue sa campagne contre les 
traîtres ultrapatriotes du Parti socialiste belge. 
La Renaissance d’Qccident (Bruxelles). — Signa 
lons dans le numéro d’avril le début d’une étude 
d’André Beaunier sur la pensée de Pascal et la 
traduction d’un conte du romancier islandais John 
Trausti. 
De Stijl (Leiden). — Piet Mondriaan y continue 
ses intéressantes architecturales de Théo Van 
Doesburg. ainsi que des notes sur le Salon des 
Indépendants. 
“ Non „ (Paris). — Le titre de cette nouvelle feuille 
est un cri de révolte contre le mouvement Dada, dont 
elle combat “ le snobisme nihiliste, burlesque et 
maboule „. André Du Bief et René Edme, qui remplis 
sent à peu près entièrement les colonnes de ce journal, 
y donnent des poèmes intéressants ainsi que des 
chroniques témoignant d’une belle indépendance 
d’esprit. 
L’Œil (Paris). — Revue d’art présentée avec goût 
et copieusement illustrée de bois originaux. Paul 
Husson y donne des poèmes et des notes intelligentes 
sur quelques peintres, notamment Max Jacob et 
Valentine Prax. 
Action (Paris). — Une superbe revue, luxueusement 
éditée et illustrée de bois et dessins originaux ainsi 
que de reproductions de tableaux de Picasso, Derain, 
Juan Gris, Braque, Severini, etc. Parmi les collabora 
teurs, nous relevons les noms de Jean Cocteau, 
André Salmon, Roger Allard, Ivan Goll, André 
Suarès, Biaise Cendrars, Renée Dunan. C’est dire que 
la tenue littéraire en est impeccable et qu’elle serre 
de près le mouvement moderne. 
Ajoutons que la censure a jugé spirituel de saisir 
le premier numéro de cette belle publication, en 
prétextant un article de Georges Gabory, intitulé 
“ Éloge de Landrü „ ! ! C’est ainsi que le gouvernement 
de Millerand encourage un effort qui est tout à 
l’honneur de la pensée et de l’art français. 
Le Flambeau (Bruxelles) 15 mars. — Poèmes de 
Paul Spaak. Un article de J. Remouchamps sur la si 
épineuse et combien simple question des langues. 
Une ode de Taéda à i’Université française de Gand. 
Revue Générale (Bruxelles) 15 avril. — Quelques 
très mauvais poèmes d’Alexandre Braun. Monsieur 
le baron de Gerlache trouve indispensable d’y 
glorifier Monsieur Henry Bordeaux, de l’Académie 
française. Pour le reste, des notes. 
Le Thyrse (Bruxelles) se vend un franc, après 
vingt-deux ans d’existence. Nous congratulons son 
directeur. Un hommage à Grégoire Le Roy, une 
biographie de Verhaeren, des vers, des lettres de 
correspondants étrangers, etc. Tu quoque, Pierre 
Bourgeois. 
Les Tablettes Édition de Belgique (Liège). — 
Revue inoffensive, et inactuelle. 
La Nouvelle Revue française (Paris) 1 er avril. — 
André Gide espère que “ le meilleur vin de la jeunesse 
ne va pas tarder à se sentir un peu renfermé dans 
cette barrique „. La barrique est le fol mouvement 
dada. Des vers curieux de Jules Supervielle. Henri 
Ghéon publie un fragment des Trois miracles de 
Sainte Cécile, une œuvre intéressante, que nous nous 
proposons d’analyser, quand elle aura paru complè 
tement. Des poèmes médiocres de Robert Maurice. 
Une page de P. Drieu la Rochelle, Une nouvelle
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.