Full text: Ça ira (7 = 1920, octobre)

174 ÇA IRA ! 
peut lui rendre difficile de percer avec autant 
éclat chez les uns et les autres ; elle ne l’empê- 
chera jamais de s'exprimer. Mais condamnons 
là mode, sans appel. 
Frank van den Wijngeart, tu sacrifies à la 
mode. Tu t'efforces à l’expressionnisme, tu 
penses que ces procédés rendront exactement 
la plasticité de ton verbe, tu lances des mots, 
comme un peintre sans scrupule jette un peu 
plus de couleur sur sa toile, tu cries, même, et 
tu es persuadé d’avoir œuvré selon ton 
tempérament. Tu te trompes. Tu as in 
consciemment répété les maîtres, Je sais, 
cependant, que ta conscience s'éveillera. Je te 
connais. Ta conscience s’élèvera contre cet 
étouffement de ta vie. Ce jour là, tes poèmes 
sonneront purs et pleins. Ce jour là, nous 
t’acclamerons avec enthousiasme. Aujourd’hui, 
nous lisons ton premier livre avec plaisir. Nous 
notons ton talent. Nous te retrouvons vague 
ment à chaque page. Tu chantes haut. Tes 
rêves ont d’énormes proportions, Tu as soif 
de bonté, de justice et d’égalité. Tu es sincère, 
mais tu adoptes le goût de l’époque, et je crains 
que ta sincérité restera sans écho. Travaillons 
van den Wijngaert, L’avenir te sourit. Les 
terres merveilleuses appartiennent aux explo 
rateurs intrépides. Nous te remercions, toute 
fois. de ton livre, que Joris Minne a illustré 
avec compréhension. C'est un début honnête, 
qui annonce une riche moisson future. 
W. K. 
* 
❖ * 
The horror on the Rhine par E. D. Morel 
{Londres — The Union for Démocratie Con- 
trol, août 1920). 
L’on sait qu’après avoir été l'infatigable 
défenseur des populations nègres de l'Afrique 
Centrale, après avoir flétri d’inoubliable façon 
le roi-marchand Léopold II et ses méthodes de 
colonisation, notre grand camarade E. D. Morel 
continue à mettre son esprit clair et lucide et 
sa haute probité morale au service de la cause 
d’humanité et de justice, montrant dévoilant la 
vérité abominablement triste que d'aucuns , 
s’efforcent de cacher aux hommes de bonne 
volonté, que d'autres s’obstinent à vouloir 
toujours ignorer. - 
1 
Il y a quelque temps déjà qu’à Londres il 
fonda la “ Union for Démocratie Control , r 
institution révnissant les hommes d’élite restés 
honnêtes et dont le but est de dévoiler les 
louches agissements de la diplomatie secrète, 
de publier chaque fois qu'il sera possible les 
“ traités secrets „, qui ont de tous temps été 
cause d'un nombre infini de guerres sanglantes, 
Quiconque veut être tenu au courant de la 
réelle situation en Allemagne occupée, doit 
lire le pamphlet que Morel vient de publier. -, 
Plagiant Multatuli, je voudrais qu’il fût traduit 
en toutes les langues, et que dans toutes les 
villes du monde ou chantât des couplets dont 
le refrain commincerait : “ Entre les Pyrénées 
et l’Escaut, un vaste repaire de bandits.... 
Ce qui surtout frappe dans cette brochure, 
c’est l’absence de toute recherche d’effet, de 
tout sentimentalisme. La prose de Morel est 
implacable et sèche, documentée comme un 
rapport ; et le martyre des populations d’Alle 
magne occupée y est tracé d’une façon brutale, 
mais qu’on sent frémissant de triste vérité ! Ces 
pauvres gens, exténués par cinq années de pri 
vations sans nombre, ont à supporter le pire 
des jougs : l’occupation de leur pays par des 
nègres d’Afrique, cause de viols et de crimes 
innombrables. 
Et que l'attitude de Morel, qui ne se laisse 
jamais aveugler par une neurasthénie guerrière 
ou patriotique, lui ait causé de graves ennuis, 
n’a rien qui doive étonner. Mais ce qui, à ce 
que j’imagine doit lui faire le plus de peine, c’est 
de se voir attaqué aujourd’hui par quelques jour 
nalistes nègres d’Amérique, lui qui a consacr? 
les plus belles années de sa vie à défendre la
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.