Full text: Ça ira (7 = 1920, octobre)

176 ÇA IRA ! 
VM -- 1 - 
Roger Avermaete déclare tout net que l’odeur de 
l’encensoir lui est insupportable... 
La Connaissance (Paris). — Une belle revue. 
Elle tient soigneusement ses lecteurs au courant de 
la vie littéraire, artistique et sociale. Dans les der 
niers numéros, elle continue la publication des lettres 
intimes de Stendhal et témoigne ainsi de son admi 
ration pour l’immortel Henri Beyle. Au demeurant, le 
Conte drolatique Alba de Georges Fourest, un poème 
en prose, Synthèse, de Paul Colin et des chroniques 
que signent René Louis Doyon, Emile Dermengem 
et d’autres. , 
De Nieuwé Tijd (Amsterdam). Une revue socia 
liste-révolutionnaire très intéressante que dirigent 
Henriette Roland Holst, notre éminente collaboratrice, 
Ant. Pannekoeke et Van Ravensteyn. Elle publie 
régulièrement des articles documentés et dûs à la 
plume de publiscistes autorisés sur les mouvements 
politiques actuels. Elle constitue en même temps un 
bulletin de la vie artistique fort apprécié. 
De Stijl (Leiden). — Piet Mondriàan clôture son 
trialogue Natuurlijke en abstracte realiteit. Nous 
citons aussi les pages curieuses de I.K. Bonset et les 
mémentos qui donnent un aperçu compétent de l’art 
plastique contemporain. 
Opstanding (Bruxelles). — Le numéro 4 est con 
sacré à Herman Van den Reeck, le jeune secrétaire du 
groupe flamand anti-militariste, dont nous avons 
relaté la mort tragique. Un dessin suggestif de A. Dae- 
nens et un poème émouvant de A. Van Hoogenbemt. 
Les Feuilles libres (Paris). — Dans le numéro 9 
Ludmila Savitzky parle de l’œuvre du poète André 
Spire. Des vers de Jacques Guérin Catelain et Antoine 
Orliac. Jean Paul Vincent publie Quelques placets 
futiles à quelques femmes et Arcos donne la fin d’une 
nouvelle intitulée Démence. 
De Internationale (Anvers), l’organe du parti 
communiste flamand poursuit son œuvre de propa 
gande avec confiance. Ses derniers numéros sont àlire. 
Le Bulletin Communiste (Paris). — On pourrait 
nommer ce périodique une encyclopédie du collec 
tivisme. Toutes les questions y sont traitées parlés 
personnalités les plus caractéristiques, avec science. 
C’est un organe admirable. 
L’Ouvrier Communiste (Bruxelles). — Toujours 
combattif. Il mène la campagne avec vigueur. 
Le Verbe (Paris). — Une jeune revue qui dirige 
avec talent André Romane et qui réunit parmi ses 
collaborateurs habituels Maurice Valette,-Maurice 
Caillard, Raoul Stoupan, Harlette, Fernand Gregh, 
Henri Dutheil, etc. 
Images de Paris (Paris). — Le numéro 10 est 
signé Elie Richard, Gabriel Ursin Langé et Louis 
Gratias. Il renferme aussi un bois pittoresque dé 
Raymond Thiollière. 
Nos Jeunes (Bruxelles) s’appeleront dorénavant 
la Revue Indépendante. r 1 
Nous avons reçu en outre : Ons Woord, Le Cri 
d’Alarme, Le Thyrse, Les Tablettes. 
Echos 
Concours* — Dans le but d’aplanir les diffi 
cultés matérielles qui empêchent les jeunes 
auteurs de se faire connaître “ Lumière „ la 
revue mensuelle, organise une série de con 
cours dont le premier est consacré aux poètes. 
L’édition du manuscrit primé se fera aux frais 
de la revue. Pour plus amples détails consulter 
la revue. Clôture du concours 30 nov. 1920. 
Adresse: Lumière, 160, avenue d’Amérique, 
Anvers.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.