Full text: Ça ira (16 = 1921, novembre)

107 
Belgique et apportait le témoignage de son adhésion. De jeunes 
littérateurs qui venaient du Mercure et devaient y retourner : André 
Breton, dialecticien remarquable et mystificateur habile ; Louis 
Aragon qui tête aux rognons d’André Gide ; L. Ribemont-Dessaignes, 
violent pamplhétaire, Gabrielle et Marguerite Buffet, Céline Arnaud, 
Paul Dermée, Théodore Fraenkal, Philippe Soupault, J. Rigaut, etc. 
devenaient dadaïstes. 
Ce fut la brillante époque des festivals, des revues. Francis Picabia 
qui, depuis 1913, écrivait des poèmes, sous cette forme de notation 
télégraphique si souvent reproduite depuis, dans le Caméra Work, 
293, fonda à Paris son 391, la plus belle revue du monde 
dans laquelle on trouve de lui des manifestes, des poèmes et des 
pensées d’une immense valeur, 
DADA vivait. 
Oui, mes amis, Dada vivait mais ne se renouvelait plus. On réédi 
tait les mêmes farces et ce n’était pas drôle. On faisait de l’anticlé 
ricalisme et de la politique. Picabia, qu’ennuyaient ces parasites qui 
créaient à ses côtés une insupportable atmosphère de potins, de 
racontars et de légendes, résolut de rompre non avec Dada mais avec 
les dadaïstes et il le fit, avec son courage habituel, dans un lumineux 
article qui parut dans Comœdia, suivi, quelques jours plus tard, d’une 
lettre brève qui cinglait les sots, les imbéciles et les mufles. Ce fut la 
fin. 
Que de rêves brisés, d’espérances déçues ? Dada, sans Picabia, 
devenait cette chose ridicule, émasculée qui nous valut le lamentable 
procès Barrés et la piteuse manifestation de la galerie Montaigne. 
Les clairvoyants : Suzanne Duchamp, Jean Crotti, Clément Pansaers 
se retirèrent à leur tour, ne voulant point se salir au contact de gigo 
los qui remplaçaient le talent par les beuveries et les lettres anonymes. 
André Breton, lui-même, le plus intelligent du groupe, tira sa 
révérence. 
Les autres conduits par le petit Tzara que remorque le flasque et 
grand Ribemont-Dessaignes restent dadas et quels dadas ! 
Elle est finie, l’histoire promise, mes bons amis, et le souvenir de 
Dada se confond, dans le crépuscule, avec la cendre de nos cigarettes 
parfumées. Pierre de MASSOT.
	        

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.