Full text: Ça ira (18 = 1922, mai)

167 
Id. - Les Héraclides. Poème dramatique en trois actes. 
Confer Molière : “Les précieuses ridicules». 
Léon Marie Thylienne : Baisers d'après midi (Bruxelles, 
J. Deheneffe). 
L. M. Thylienne est un amoureux recommandable, grandiloquent 
et pas vite essoufflé. Il répété, à bon escient, les syllabes magiques 
qui enivrent... Un peu de parfum, des fleurs, des cigarettes, “le scel 
arrondi de tes seins dans le monceau clair et frêle des coussins.,... 
Mais pourquoi manquer totalement de noblesse et devenir fade ? 
Léon T. Bancal : Vers Vamour {Prades, Association des jeunes 
littérateurs). 
Il y a des pages gentilles et tous les vers ne sont pas sans charme. 
L. T. Bancal est capable d’un meilleur travail. 
Maurice Betz : Scaferlati pour troupes (Paris, A. Messein). 
Encore un livre de guerre. Mais on lit ces pages sans fatigue et 
c’est avec joie qu’on retrouve, dans l’émotion dont ces poèmes sont 
gonflés, des images remarquables, des vérités vraies, des douleurs 
certaines. D’ailleurs, la parole est simple ; elle a la beauté de tous les 
mots indispensables ; elle exprime l’expérience prématurée d’une 
jeunesse sans autre but que la mort. 
Raymond Bouchard : L’âme alsacienne. Pièce en vers en 
deux actes (Paris, Attinger). — Reçu en bon état. 
Pierre Bourgeois : La foi du doute. Introd. par Pierre Brood- 
coorens (Bruxelles, “l’Equerre,,). 
Un livre important parmi les derniers. Pierre Bourgeois est une 
jeune personnalité. Certes, sa technique n'est pas exempte de graves 
faiblesses, notamment un maniérisme regrettable dans l’aggloméra 
tion de mots synonymes et la hachure inutile des vers. Mais cette 
langue vigoureuse, cette richesse enthousiaste du vocabulaire sont 
des moyens — gageons que ce ne sont que des moyens, de dire toute 
la vie avec vérité, avec profondeur et constructivité. Comme Georges 
Eekhoud a dit, il y a de la géométrie dans l’art de Bourgeois qui 
appartient aux sincères d’entre nous et donne à son lyrisme une 
valeur de subjective et immédiate réalité. “La foi du doute,,, c’est 
notre générale mentalité ; c’est le doute navrant qui nous abat, dans 
toute sa déprimante répétition, c’est notre manque d’ardeur, c’est le 
mal de notre siècle désabusé malgré qu’il ne faut pas désespérer de 
l’homme et de sa bonté. Bourgeois a réalisé un grand effort ; il s’est
	        
Waiting...

Note to user

Dear user,

In response to current developments in the web technology used by the Goobi viewer, the software no longer supports your browser.

Please use one of the following browsers to display this page correctly.

Thank you.